SOMMAIRE :

Année 2018
Numéro 70
Octobre ; Novembre ; Décembre

RÉUNION DES MAIRES ET ADJOINTS DE LA CREUSE DU 14 SEPTEMBRE


Le principal point à l’ordre du jour concernait la proposition d’un avenant au protocole ruralité concernant les écoles et signé en 2015. Ce dernier avait pour objectif de laisser aux élus le temps nécessaire pour envisager des regroupements d’école et en échange, pendant 3 ans, les postes étaient conservés en Creuse. Attention cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas eu de suppression de classe, simplement des postes ont été supprimés mais réaffectés dans d’autres écoles. L’avenant proposé par Le Directeur Académique des Services de l’Education Nationale (DASEN) avait déjà été discuté en juillet et des modifications et précisions avaient été demandées par l’Association des Maires. Lors de la réunion de vendredi, nous avons constaté que certains éléments ne figuraient toujours pas et notamment, le plus important, à nos yeux, le P/E c’est-à-dire le nombre de professeurs pour 100 élèves. Nous demandions à ce qu’il soit inscrit que l’Education Nationale maintiendrait un P/E de 7.05 comme actuellement. Cela n’a pas été fait, Mr FICHET, DASEN nous indiquant que son autorité de tutelle refusait de l’inscrire dans la convention. En conséquence, nous avons majoritairement refusé de valider cet avenant tel que, il ne sera validé que lorsque cet important élément figurera. Mme La Préfète nous a également rendu visite ce jour-là pour diverses informations dont une qui a soulevé un vent d’indignation. En effet, vous le savez, des regroupements de communes sont préconisés par la loi NÔTRE, tout comme elle a imposé des regroupements de Communautés de Communes. Mme la Préfète nous a annoncé qu’elle avait réfléchi pour nous ( ????) et nous allions recevoir très rapidement une proposition de regroupement de communes selon des critères établis par ses services, à savoir :
- Une commune de plus de 750 habitants
- Avec un ou deux communes périphériques, du même canton, et de la même Com Com. Les maires auront jusqu’au 26 septembre (9 jours de délai) pour donner leur position de principe avant que les choses ne s’enchaînent. En effet, les services préfectoraux souhaitent que d’ici fin 2018, le nombre de communes passe de 258 à moins de 200 en Creuse !!! Inutile de vous préciser que cette proposition a surtout sollicité des remous et de l’opposition, car la loi prévoit effectivement la possibilité et non l’obligation de fusionner, mais surtout elle n’impose aucun mariage forcé. Là aussi, les « futurs époux » doivent se choisir et non se voir imposer les choses. La position de l’Assemblée a été clairement rappelée par Michel VERGNIER qui a insisté sur le fait que l’Association des Maires de France s’était toujours opposée et continuerait à s’opposer à des fusions forcées. Pourquoi cette hâte ? Pourquoi cette façon de procéder ? D’autant plus, que les délais imposés ne permettent, ni d’en discuter en Conseil Municipal, ni à fortiori de consulter la population !!! Lundi 17, aucun courrier de Mme La Préfète ne nous est parvenu. Nous contactons la commune de Lizières pour savoir s’ils ont reçu cette missive. Et surprise ! ils l’ont bien reçue. Mme La Préfète leur propose un regroupement entre les communes de Le Grand Bourg, Fleurat, Lizières et Saint Priest la Plaine !! D’autres sont proposés notamment St Agnant de Versillat, Vareilles, Noth et St Léger Bridereix… Par quel hasard certains sont concernés et pas d’autres ? Y compris des communes beaucoup plus petites que la nôtre comme Arrênes ou St Goussaud… ? Mystère… Le Conseil Communautaire réuni le 17 septembre a voté une motion précisant que les élus n’accepteront pas les regroupements imposés, que le fait de ne pas laisser du temps pour consulter la population et les conseils municipaux est anti démocratique même si certains d’entre nous ne sont pas opposés à des regroupements, mais à la conditions que ceux-ci soient réfléchis, organisés et surtout entre communes volontaires. Josiane VIGROUX AUFORT