Du Moyen-Âge à la Révolution (suite)

[marron]DU MOYEN-ÂGE A LA RÉVOLUTION.[/marron]

[marron]XIIe siècle[/marron]
A Sagnemoussouse, qui se trouve sur le chemin précédent, a été fondée au 12e siècle une paroisse dépendant du diocèse de Limoges nommée Sanalmossosa qui portait le vocable de St-Jacques-le-Majeur. Un accord entre Pierre du Barry, abbé de St-Martial et Itier, abbé de Lesterps (près de Confolent) permit d’y construire un cimetière. Le prieuré était une cure en 1318 avec pour patron Saint-Laurent. Par la suite, ne subsistât que le prieuré dont le dernier possesseur, Léonard Buisson, missionnaire, fut persécuté à Limoges en 1792 pour refus d’obéissance. Après les bâtiments tombèrent en ruine.

[marron]XIIIe siècle[/marron]
Édification de l’église paroissiale St Laurent.

[marron]XIV-XVIIe siècle.[/marron]
La famille des Savignac donne des seigneurs à St-Priest. Vincent I de Savignac (1er seigneur dont la filiation soit prouvée) était seigneur de Saint-Priest Arfeuille en 1457. Il rendit hommage en cette qualité le 15 Mai 1553 à Jean de Brosse, vicomte de Bridiers. Les Savignac possédaient un château féodal route de Semme (aujourd’hui rue Léon Binet) dont il ne reste plus rien mais qui subsistait à la Révolution. Ils durent s’en dessaisir en 1673.

[marron]De la fin du XVIIe siècle à la Révolution.[/marron]
La seigneurie de St Priest est aux mains de la famille Bonnet dont les membres appartiennent mi à la bourgeoisie mi à la petite noblesse. Leurs œuvres charitables sont nombreuses.
C’est à cette époque que les chapelles nord et sud sont adjointes à l’église. Avant 1789, St-Priest était en Poitou, faisait partie de la généralité de secteur de Bourges, de la sénéchaussée de Montmorillon et de l’archiprêtré de Rancon.